La fibre X30

Comment une seule fibre optique a atteint 30 fois le débit internet mondial

10 Pb/s, c’est la vitesse de transmission de données établie par l’opérateur japonais KDDI sur une fibre multimode utilisant notamment les composants de la start-up française CAILabs.

Un nouveau record vient d’être accompli en fibre optique ce mois de septembre au Japon. L’opérateur KDDI, a réussi à atteindre un débit de 10 Pb/s, soit 10 millions de Gbit/s. Un chiffre qui donne le tournis. Figurez-vous que cela représente 30 fois le débit internet mondial actuel, ou encore la consommation de 500 millions personnes regardant Netflix en 4K en Europe !

Certes, il s’agit d’une expérience de laboratoire sur une distance d’une petite dizaine de kilomètres. Avec une fibre nouvelle génération qui n’a rien à voir avec celle qui dessert actuellement les abonnés français. La fibre utilisée par KDDI est dite multicoeur : la lumière y transite par plusieurs canaux différents. Elle est aussi multimode, c’est-à-dire que la lumière est modulée pour doper encore le débit. 

Au total, lors de l’expérimentation, 6 modes ont été transmis dans chacun des 19 cœurs de la fibre. Et pour y parvenir, KDDI a utilisé les composants optiques de la start-up bretonne CAILabs. « Installés à l’entrée et à la sortie de la fibre, ce sont nos boîtiers de multiplexage qui permettent de mettre en forme la lumière pour faire passer plus de données », nous a détaillé Jean-François Morizur, fondateur et CEO de CAILabs. 

Le fruit d'une start-up bretonne

Ne salivez pas trop toutefois, il y a peu de chances que vous parveniez un jour à atteindre de telles performances chez vous ! Ces technologies ont un coût qui empêchera de les déployer pour tous. « Les applications se trouvent du côté des opérateurs. On pourrait ainsi imaginer des liaisons de ce type entre deux grandes villes comme Paris-Lyon, par exemple », avance Jean-François Morizur.

La technologie de CAILabs est, par ailleurs, déjà utilisée sur des lignes en fibre optique moins évoluées que celle de KDDI. Comme dans les infrastructures de certaines stations de ski, par exemple. « Cela a permis d'y multiplier par 400 le débit », précise encore Jean-François Morizur. Des hôpitaux, universités et entreprises y ont aussi déjà recours.

Le record de l’opérateur japonais ne concerne toutefois pas que les acteurs télécoms et les professionnels : il nous donne un avant-goût de ce que sera la fibre du futur. Car si les réseaux augmentent leurs capacités, le grand public en recueillera toujours un bénéfice en bout de chaîne.


Publié le 09 octobre 2017 à 17h09 09/10/17 par poupon Lui envoyer un message


Votre adresse ip (34.237.76.91) ne se trouve pas en France vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Retrouvez nous sur :
Site développé par JP Legal et Vincent Barrier et Anthony Demangel
Freezone n'a aucun lien avec la société Iliad / Free